Hundreds of scientists sent a letter to lawmakers Thursday warning National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) scientists may have violated federal laws when they published a 2015 study purporting to eliminate the 15-year “hiatus” in global warming from the temperature record.

“We, the undersigned, scientists, engineers, economists and others, who have looked carefully into the effects of carbon dioxide released by human activities, wish to record our support for the efforts of the Committee on Science, Space and Technology to ensure that federal agencies complied with federal guidelines that implemented the Data Quality Act,” some 300 scientists, engineers and other experts wrote to Chairman of the House Science Committee, Texas Republican Rep. Lamar Smith.

Voir l'article

2 Comments

  • OK avec vous.
    Le VRAI Point intéressant de tout cela est que la NOAA, Organisme Public payé par le Contribuable US, n’a PAS LE DROIT de « REFUSER » de dévoiler le Détail de ses Analyses, qui la mènent à ABAISSER les Températures du Passé récent, donc à Augmenter le soi-disant « Réchauffement » !

  • Commentaire de Remy Prud’homme par mail le 1er Février 2016 :

    Attention à ne pas confondre deux choses.

    La lettre de 300 spécialistes citée en référence (que j’ai signée) porte sur un problème limité et spécifique. En 2014, des chercheurs de la NOAA (une branche du gouvernement américain) ont publié un article visant à nier, ou plus exactement à minimiser, la fameuse pause des températures depuis 1998. L’article engage la NOAA. Il y a des raisons de mettre en doute le sérieux statistique de l’article. Le Congrès des Etats-Unis a demandé à la NOAA de fournir les fichiers et le détail des procédures utilisées et sur le fonctionnement de cette administration. La NOAA refuse. L’affaire est devenue juridique et politique. Bien entendu, à ce stade, les 300 signataires ne se prononcent nullement sur la validité de l’article, mais seulement sur la transparence d’une administration publique.

    D’une façon plus générale, et depuis longtemps, la NOAA manipule les statistiques relatives à la température. Dans le principe, rien de critiquable. Pour passer de millions de relevés en différents points du globe, à différentes heures de l’année, et sur différentes années, à une série de températures globales annuelles ou mensuelles significatives, il faut bien se livrer à des corrections, des intrapolations, et des calculs de moyennes nécessairement complexes et forcément toujours un peu arbitraires. Là encore, il y a quelques raisons de penser que les procédures utilisées, qui changent au fil des ans, sont opaques et peut-être biaisées. Par exemple, les données satellitaires divergent des données « travaillées » de la NOAA (mais certains accusent les satellites de ne pas être très fidèles non plus). La Global Warming Foundation a créé un petit groupe, présidé par un statisticien, qui travaille à mettre de la lumière sur cette question fondamentale. Attendons son rapport.

    Dans les deux cas, la NOAA doit bénéficier de la présomption d’innocence. L’intitulé « Bidouillage des Données Températures par la NOAA » est donc peu convenable. A la rigueur, on pourrait parler de « Soupçons de Bidouillage ».

    Rémy Prud’homme

Laisser un commentaire